Faculté des Humanités

Département
Sciences du langage

Master Mention "Sciences du langage" Parcours "Interprétariat Langue des Signes Française / Français"

Actualités

Plaquette de présentation

Guide des études 2020/2021

Réunion de rentrée:

M1:18 septembre 9h-10h30 salle B1.406

M2: 18 septembre 10h30-12h salle B1.414

 

Le parcours « Interprétariat Langue des signes française ↔ français » de la mention Sciences de langage de master forme des interprètes capables de restituer de façon fidèle et neutre le contenu et l’intention d’un texte ou d’un discours du français vers la LSF et réciproquement dans toute situation susceptible de se présenter dans l’exercice de la profession : interprétation dite de liaison, interprétation de réunion, interprétation de conférence, interprétation téléphonique, visio-interprétation, traduction écrite. Les champs d’intervention relèvent de toutes les sphères personnelles, éducatives ou professionnelles pouvant nécessiter le recours à un interprète : interprétation de manifestations scientifiques ou culturelles, interprétation au tribunal et dans les procédures judiciaires, interprétation en milieux médical, scolaire ou universitaire, interprétation en milieu professionnel, dans les relations avec les administrations, etc.
Les diplômés du master exercent en tant qu'interprètes LSF/français dans toute structure, publique ou privée, embauchant ce type de professionnels. Ils peuvent aussi exercer en libéral.

Le master "Interprétariat Langue des signes française/français" a fêté son 100e diplômé le 21 octobre 2016.

Compétences linguistiques

  • Avoir une maîtrise parfaite de la LSF (au moins niveau C1 du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues en compréhension et en expression) et du français, dans ses modalités orale et écrite
  • Savoir mener une étude réflexive sur la LSF et sur le français
  • Avoir une bonne maîtrise d’une langue vocale autre que le français
  • Être capable de restituer de façon fidèle et neutre le contenu et l’intention d’un discours du français vers la LSF et réciproquement, en interprétation simultanée
  • Être capable de traduire un texte écrit du français vers la LSF et de la LSF vidéo vers le français

Compétences culturelles

  • Avoir une très bonne connaissance de la question sourde, dans ses dimensions sociologique, culturelle et historique,
  • Être capable de dépasser les représentations et discours polémiques sur la question, de quelque nature qu’ils soient

Compétences professionnelles 

  • Connaître le code déontologique de l’interprète français/LSF et savoir l’appliquer dans l’exercice de la profession
  • Être capable de réunir rapidement et efficacement de la documentation sur un thème imposé
  • Connaître les structures et services qui emploient des interprètes français/LSF et l'environnement de travail de l’interprète en France
  • Être en capable de mener une réflexion de fond sur une question en rapport avec le métier d’interprète et restituer cette réflexion sous la forme d’un écrit long respectant les codes de la recherche universitaire

Formuler sa candidature en M1 et en M2

La campagne de recrutement 2020 est ouverte du 30 avril au 30 mai (réponse 30 juin)

La candidature au M1 et au M2 se fait par l'intermédiaire de la plateforme e-candidat ici
Les candidat.e.s au M2 ainsi que les candidat.e.s au M1 ne possédant pas l'une des licences conseillées rempliront en outre une demande de validation d'acquis à joindre au dossier de candidature (les éventuelles pièces demandées sur chacun des formulaires ne sont à produire qu'une fois, pour l'ensemble des deux dossiers).
Les étudiant.e.s ayant obtenu leur M1 Interprétariat LSF/français à l'Université de Lille à partir de l'année universitaire 2017-2018 sont admis.e.s de droit en M2 de ce même parcours. Il n'est donc pas nécessaire de déposer de dossier. 

MASTER 1

Mentions de licence conseillées

  • Mention Sciences du langage
  • Mention LLCER
  • Mention Lettres

Modalités d'examen des candidatures

  • Faire la preuve d’au moins un niveau de compétences en LSF B2 en cours du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL), correspondant au niveau « utilisateur indépendant ». À ce niveau, vous êtes capable de suivre les actualités directement en LSF, de comprendre des conférences, des discours assez longs, des émissions télévisuelles. Vous êtes également en mesure de suivre une argumentation complexe, si le sujet vous est relativement familier, de vous exprimer directement en LSF de façon claire et détaillée sur une grande gamme de sujets relatifs à vos centres d’intérêt avec un degré de spontanéité et d'aisance tel qu'une conversation avec un signeur natif ne comportera de tension ni pour vous ni pour lui, de développer un point de vue sur un sujet d'actualité et d’expliquer les avantages et inconvénients de différentes possibilités. Vous êtes à l’aise avec les traits relatifs à la LSF en termes de marqueurs de relations sociales, de règles de politesse et d’expressions typiques.
  • Pouvoir justifier d'une bonne connaissance de la question sourde : connaissance théorique et/ou pratique par une implication dans le secteur associatif, par exemple.
  • Posséder une très bonne maîtrise du français, dans ses modalités orale et écrite.
  • Faire la preuve de capacités de synthèse et de restitution.
  • Avoir une très bonne culture générale.

MASTER 2

Modalités d'examen des candidatures

  • Faire la preuve d’un niveau de compétences en LSF B2 acquis du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, correspondant au niveau « utilisateur indépendant », avec un début d’acquisition de compétences de niveau C1 : en plus des compétences de niveau B2 (cf. M1 supra), vous vous exprimez de façon fluide et votre LSF est assurée.
  • Pouvoir justifier d'une très bonne connaissance de la question sourde : en plus d’une connaissance théorique, une connaissance pratique par une implication suivie dans le milieu associatif ou par une activité professionnelle en lien avec la question sourde est souhaitée.
  • Posséder une très bonne maîtrise du français, dans ses modalités orale et écrite.
  • Faire la preuve de capacités de synthèse et de restitution.
  • Avoir une très bonne culture générale.

 

Pour l'obtention du diplôme par la voie de la VAE, merci de vous reporter à la rubrique correspondante ci-dessous.

La formation se déroule sur 2 années universitaires.

9 à 12 semaines de cours par semestre, à raison de 15 à 20h de cours par semaine, à compléter par une forte charge de travail personnel

Les cours sont dispensés en français ou en LSF, selon les disciplines enseignées et les intervenants.

En master 1, les cours sont répartis de mi-septembre à fin avril. S'y ajoutent deux périodes de stage de découverte du métier, auprès d’interprètes ou de structures qui emploient des interprètes : une à chaque semestre, pour un total annuel de 3 à 4 semaines ;

En master 2, les enseignements s'échelonnent de mi-septembre à fin juin, avec alternance de périodes de cours et de stages pratiques tutorés de mise en situation auprès de professionnels. Au total sur l’année, 3 mois de stages minimum par blocs de 2, 3 ou 4 semaines. Le rapport de stage et le mémoire sont présentés courant septembre devant un jury constitué d'interprètes et des responsables de la formation.

Les enseignements sont organisés sous forme de blocs de connaissances et de compétences (BCC) qui permettent au fil des 4 semestres du master d’acquérir et de maîtriser les savoirs, savoir-faire et savoir-être requis par l’exercice du métier d’interprète LSF/français. Chaque BCC est composé d’une ou plusieurs unités d’enseignement (UE)

BCC 1 : SAVOIR ÉLABORER DES ANALYSES ET DES DESCRIPTIONS LINGUISTIQUES

Ce bloc comporte des séminaires de linguistique portant sur la langue des signes, ainsi que sur le français et d’autres langues vocales, au niveau morphologique, syntaxique et discursif, dans une approche descriptive ou comparatiste (semestres 1, 2 et 3).

BCC 2 : ACQUÉRIR UNE MÉTHODOLOGIE DE TRAVAIL EN LINGUISTIQUE (semestre 1)

BCC 3 : EMPLOYER UNE LANGUE ÉTRANGÈRE À DES FINS PROFESSIONNELLES

La langue vivante est l’anglais. L’objectif visé est la réussite au CLES B2 en fin de master, et l’autonomie dans la lecture d’articles et de documents écrits en anglais : articles pour la recherche ou préparations professionnelles.

BCC 4 : MAITRISER LA LSF ET EN CONNAÎTRE LES USAGES

Partant du niveau minimal B2 attendu à l’entrée en première année de master, les enseignements visent à perfectionner et rendre plus spontanée la pratique de la langue des signes, dans tous les domaines d’usage, au travers des cours pratiques, des conférences, des créations personnelles ou de groupes, des contacts avec un nombre accru de locuteurs sourds. Sur l’ensemble du master, ce bloc comporte des cours de langue des signes (expression, compréhension, interaction), une approche en langue de spécialité propre à différents domaines (sciences, médecine, justice, histoire...), une étude théorique et pratique des usages esthétiques des langues signées et l’organisation de cycles de conférences.

BCC 5 : ACQUÉRIR LES PRÉALABLES À L’INTERPRÉTATION

Approches théoriques de la traduction et de l’interprétation, pratique de l’interprétation consécutive, de la prise en notes, de la reformulation, de l’écriture, de la prise de parole, manipulation d’outils-vidéo.

BCC 6 : CONSTRUIRE SON EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

L’objectif est une entrée dans la profession muni des connaissances des enjeux liés à la profession, acquis au travers des stages et de la réalisation d’un rapport de stage mais aussi des séminaires de positionnement professionnel, de déontologie, d’analyse de pratique, l’apprentissage de l’utilisation des moyens numériques nécessaires à la traduction et à la visio-interprétation, la recherche documentée sur les domaines futurs abordés, et une approche des modalités et statuts d’exercice du métier d’interprète.

BCC 7 : ÉLABORER UNE RECHERCHE ET LA MENER EN AUTONOMIE

En master 1, les étudiants sont amenés à problématiser une question relative à la langue des signes et à réaliser un court mémoire, présenté devant jury. En master 2, les étudiant-e-s développeront une démarche de recherche en lien avec les processus interprétatifs et l’exercice du métier, concrétisée par un mémoire présenté devant un jury composé d’universitaires et de professionnels. Une formation à la méthodologie de la recherche et aux outils et logiciels nécessaires à cette recherche est dispensée.

Pour en savoir plus, retrouvez le guide des études

La Validation des Acquis de l’Expérience en vue de l’obtention d’un diplôme (VAE - Code de l'Education Art. R613-33 à R613-37) permet d’obtenir un diplôme en faisant valoir les acquis d’expériences professionnelles, personnelles, associatives ou bénévoles, en dehors de toute reprise de cours à l’université. 
L'obtention du parcours "Interprétariat Langue des Signes française/français" de master de l'Université de Lille est par conséquent accessible par la voie de la VAE.
Toutefois, pour y prétendre, en plus de la procédure commune à l'ensemble des formations l'Université de Lille, les candidat.e.s doivent entamer une phase de pré-admission, destinée à vérifier les compétences sur le terrain en amont de l'entrée en VAE.  Vous trouverez ce protocole, revu en octobre 2015, en cliquant ici.

Pour plus d'information (toutes les adresses sont de la forme prenom.nom@univ-lille.fr) :

  • sur le contenu pédagogique de la formation, merci de contacter les responsables de la formation : Georgette Dal, professeure de sciences du langage ou Annie Risler, maître de conférences en sciences du langage, 03 20 41 68 87 ;
  • sur des questions administratives portant sur le master, merci de contacter  Anne Martel, anne.martel@univ-lille.fr 03 20 41 61  14 ;
  • pour un accompagnement à la reprise d’études, merci de consulter le site de la DFCA
  • pour des informations sur la voie diplômante de la VAE (Validation des Acquis de l'Expérience), merci de consulter le site de la formation continue
  • Attention : le parcours Interprétariat LSF/français fait l'objet d'un protocole spécifique